Que faire quand le cœur est à l’envers

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais je suis très troublée par ce qui se passe en Ukraine. Quand je marche dans la rue ici à Montréal, je regarde les maisons, les voitures le quotidien et je sens de la gratitude de vivre dans un univers relativement paisible.  Et en même temps, j’ai conscience que la vie peut basculer à tout moment.  C’est ce que vivent les Ukrainiens aujourd’hui et ce que d’autres populations continuent à vivre comme en Syrie ou certains pays du continent africain.

Je suis moi-même issue d’une famille qui a connu les anéantissements de la deuxième guerre mondiale et a dû fuir ailleurs pour survivre.

Évidemment être témoin de cette destruction implacable ainsi que toutes ces évocations du passé ont une incidence sur mon niveau de stress. Je le sens dans mon corps. Nous commençons tout juste à nous relever de deux ans de pandémie. Ça fait beaucoup! Ça nous renvoie à notre humble condition d’humain et à notre vulnérabilité. Comme nous enseigne Sonia Lupien, les évènements imprévisibles et nouveaux sur lesquels nous n’avons pas de contrôle sont des agents stresseurs puissants. De nombreuses recherches ont montré à quel point les traumatismes de guerre laisseront des traces pour plusieurs générations.

 

Alors que faire?

Aujourd’hui, je souhaite vous partager quelques rituels très simples qui m’aident à me recentrer dans les moments où je suis plus éparpillée et plus anxieuse et ainsi être capable d’accueillir tout l’éventail d’émotions sans me laisser envahir.  Je les utilise presque quotidiennement.

Avant de me lever, je prends le temps de m’étirer en douceur, de faire bouger mes articulations lentement dans tous les sens. Puis une fois assise sur le lit, je concentre mon attention sur la façon dont mes pieds sont posés sur le sol. Je prends ensuite une petite balle qui est dans le tiroir de ma table de nuit et je masse mes pieds sur cette balle.  Enfin, je me lève! Je me sens plus ancrée dans le sol, plus présente.

Puis ensuite, je varie entre une méditation de vingt minutes ou encore un petit exercice de gymnastique vibratoire du Programme Des os la vie.

Une trentaine de minute au total!  Je suis prête à attaquer la journée avec une meilleure humeur.

 

Pourquoi le faire?

Ces rituels semblent bien dérisoires comparés à la souffrance qui se vit dans le monde. Pourtant me reconnecter avec mon corps me donne accès à des forces intérieures pour être en paix avec moi-même et avec les autres autour de moi. C’est aussi une responsabilité de prendre conscience des parties de nous-mêmes qui sont plus difficiles à reconnaitre telles que notre propre colère ou encore nos sentiments de haine…  Notre corps reste notre véhicule pour vivre même quand le sens semble perdu. Notre travail est de prendre conscience de nos propres tensions, de notre violence interne que nous projetons sur les autres pour ensuite être capable d’agir avec conscience et sérénité et voir de quelle façon nos actions peuvent être utiles.

Ça devrait être enseigné à l’école!

Nous en avons besoin, le monde en a besoin!

Mes rituels m’aident à remettre mon cœur à l’endroit. Et vous quels sont les vôtres?   Votre point de vue m’intéresse.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Scroll to Top